Je suis tanné!

Ainsi, Marois est « tannée » des sorties discordantes des ténors souverainistes. Félicitons les médias québécois, car ils ont des années d’avance sur elle à ce sujet. En fait, il y a peu de choses dont ils ne sont pas « tannés ». Le cynisme qu’ils propagent laisse comprendre que le statu quo, ils en sont « tannés » (qu’il soit souhaitable ou non; le fameux Divin « Changement »), mais que le changement, quand il est autre qu’un nuage vaporeux d’un ersatz d’idée, ils en sont aussi « tannés ».

Ainsi va de l’indépendance d’esprit. Le système politique britannique que nous traînons, dans cette colonie qui nous sert de province qui nous sert de pays, est orienté vers la ligne de parti. La preuve, dans un parti plus ordinaire et pragmatique comme le PLQ, il faut être rabroué ou émasculé, comme Thomas Mulcair ou Pierre Paradis, pour pouvoir laisser souffler la moindre pensée discordante. Le système des médias politiques, pour sa part, est orienté pour « attraper » les politiciens, au delà de la pertinence, l’utilité ou l’éthique de l’attrape. L’américain Bill Maher parlait du « Gotcha Game ». Lorsque les deux systèmes se corrompent mutuellement, voilà ce que l’on obtient: la diabolisation des esprits libres et de la parole libre.

De la même façon, le système politique sous-entend que le peuple a toujours raison. Donc, une politicienne comme Marois, qui affiche une volonté de se « rebrancher » sur le peuple, peut avoir tendance à donner raison à toutes ses opinions. Mais, comme d’autres, elle peut prendre le reflet de cette opinion dans les médias, qui ont parfois leurs propres visées.

Je suis tanné: que les médias nous plantent dans le cerveau, à chaque bulletin, un clou; celui qui nous fais voir en toute libre parole politique une élucubration suspecte de désordre.

Je suis tanné que les médias dénoncent un phénomène qu’ils alimentent pathologiquement à la fois, la langue de bois.

Le système politique américain est malade à plusieurs points de vue, je le crois avec regret. Mais, je trouve sain que, à certains (certains!) égards, la ligne de parti y est moins forte et que l’indépendance d’esprit est valorisée. L’un des congressistes américains les plus en désaccord ouvert avec son parti s’appelle John McCain, et peu de Républicains ont été si souvent en désaccord avec le Président. Il est présentement considéré le meneur pour saisir la nomination républicaine et prendre sa place. Et les Démocrates auraient raison de craindre cet avénement.

J’apprécie la liberté d’esprit de Bernard Landry, de Jean-François Lisée, de Joseph Facal, de Jacques Parizeau aujourd’hui, et d’autres du passé, comme, ah, je ne sais pas, Jean-Pierre Charbonneau, Henri Bourassa, Olivar Asselin, Michel Chartrand, Pierre Bourgault, Louis-Joseph Papineau, Claude Ryan et René Lévesque lui-même. …des rebelles au front, des rebelles en leurs rangs, qui savaient pourtant serrer les rangs. Ils nous rappellent que la politique est humaine, et retirent des mains des commentateurs médiatiques la démocratie qu’ils ont confisquée.

Ressource:
* Marois « tannée » des sorties publiques de Landry de Cyberpresse

Publicités

~ par liberlogos sur 4 février 2008.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :